top of page
  • Photo du rédacteurNathalie986

G2/ Chapitre 1 : Recherche d'emploi et grands projets


Me voilà enfin jeune adulte ! Papa a l’air complètement déboussolé et Maman si fière ! Je suis son héritière, l’Elue de cette génération, me dit-elle. C’est à moi de poursuivre à présent la mission. J’espère être à la hauteur de ses espérances pour qu’elle reste aussi fière de moi.


Ils me félicitent tous les deux avec tout l’amour que je leur connais.


Je reste un moment discuter avec Papa alors que Maman part au travail et que Papa ne va pas tarder à y aller.

Marc saisit ce moment pour venir me rendre une petite visite à l’occasion de mon anniversaire. Il croyait arriver avant le départ de mon père mais le croise tout de même juste en arrivant.


- Je ne m’y ferai jamais… Je crois que ton père ne m’aime pas…

- Ne dis pas de bêtises ! Je suis encore sa petite fille. Il me protège, c’est tout. Allez viens t’asseoir et raconte-moi un peu ton nouveau boulot !


Marc m’explique qu’il est devenu gourou des technologies chez Logiciels Bridgeport, le plus gros consortium informatique de notre monde, et que ces compétences sont tellement appréciées qu’il est déjà leur chef de projet. Je ne suis pas étonnée étant donné qu’au lycée déjà, il passait beaucoup de temps devant son ordinateur ou son téléphone. Un vrai geek celui-là ! Cette carrière lui va comme un gant.

Je lui dis que, de mon côté, j’entends devenir scientifique. Marc est impressionné car il pense que cette carrière ne sera pas facile tous les jours mais il m’encourage dans cette voie.


Je me lance aussi dans l’apprentissage du bricolage, théorique pour le moment, car je n’ai aucune idée de ce qu’il faut faire mais j’adore l’idée de pouvoir réparer de petites choses lorsqu’elles sont en panne sans avoir à le demander à quelqu’un.


J’en discute le soir même avec Maman qui trouve que c’est une excellente idée d’autant qu’il me faudra être très efficace en bricolage pour pouvoir ouvrir le passage menant à la grotte oubliée d’Oasis Spring.


Elle me conseille cependant de trouver très vite un travail si je veux réaliser mon rêve de devenir scientifique. Elle me sait ambitieuse et déterminée.


Je passe alors plusieurs jours sur les sites de recherches d’emploi à envoyer des curriculum vitae et des lettres de motivation à tous les laboratoires scientifiques, même à certains dont je n’ai jamais entendu parler. J’envoie d’ailleurs et surtout beaucoup de lettres de candidatures spontanées car les offres ne courent pas les rues.

Et puis je réfléchis à toute autre chose…


Il est vrai que je n’ai pas vraiment d’endroit à moi. Lorsque je veux m’isoler pour lire, je n’ai que ma chambre d’adolescente, trop petite, un fauteuil inconfortable et un lit beaucoup trop petit également pour que je dorme d’un sommeil du juste.


Je partage aussi le bureau du haut mais Papa ou Maman viennent souvent voir ce que je fais… ou simplement discuter avec moi ou encore s’installer au PC voisin ou jouer aux échecs. Difficile dans ce cas d’avoir un peu d’intimité. J’ai plein d’idées pour un réaménagement.

Je commence par en parler à Maman qui vient siroter son café à côté de moi dès son retour du travail et me demander comment avancent mes recherches d’emploi…


Etant bredouille jusque-là, j’oriente la conversation sur le sujet qui m’intéresse. Elle trouve que c’est une bonne idée et qu’il faut en parler à mon père. « C’est lui le spécialiste pour ce genre de projet » me clame-t-elle avec un clin d’œil.


Je décide donc de profiter de la douceur de la soirée pour exposer à mes parents les détails du projet que j’aie en tête : j’aimerais que ma chambre d’adolescente soit transformée en bureau, le leur. Il serait certes plus petit mais ils n’utilisent pas tout l’étage après tout pour deux bureaux et un échiquier. L’étage me reviendrait donc… Ils m’écoutent attentivement mais Maman a cependant l’air un peu réticente. Elle imagine déjà sûrement les simflouz qui s’envolent…


Papa est ravi et nous arrivons tant bien que mal à la persuader que ce sera une bonne chose pour tout le monde. Je suis devenue adulte (jeune il est vrai mais adulte quand même) et, comme je ne veux pas quitter la maison, il me faut tout de même mon « chez-moi » à l’intérieur de celle-ci. Papa en est très conscient.


Une fois tout le monde d’accord sur le sujet du réaménagement des pièces, je me trouve l’audace de leur exposer mon second projet, plus coûteux celui-là, qui est de construire une serre pour toutes les plantes que l’on a…

Le projet est nettement moins bien accueilli que le premier et je décide de m’arrêter là pour ce soir.


Le jour suivant, Maman me saute dessus en rentrant du travail alors que j’étais dans une conversation très prometteuse avec Marc sur le chat ! Je n’en reviens pas. Elle m’oppose un « non » catégorique au projet de serre, elle qui aime tant ses plantes !


Heureusement, Papa était à côté à travailler sur son ordinateur. Il fait le tampon. Il trouve que cela mettrait les plantes à l’abri des températures extrêmes que l’on peut avoir en toutes saisons, notamment l’été et l’hiver.


Finalement, Maman se rallie plus ou moins à notre cause. De toute façon, pour elle Papa a toujours raison et quoiqu’il dise ou fasse, elle se range à ses côtés.


Deux ou trois semaines plus tard, je reçois un coup de fil des Laboratoires FuturSim, le plus prestigieux de tous. Je reste sans voix au téléphone à écouter une certaine Mademoiselle Gothik, secrétaire, qui me convoque pour un essai dès le lendemain. Elle me donne les coordonnées GPS de l’endroit mais pas d’adresse. Si l’essai fonctionne, me dit-elle, je serai employée de niveau 3, soit bidouilleuse junior. Je suis attendue à 10h précises le lendemain et « que je ne sois pas en retard ! ».

Je la remercie, encore abasourdie par son appel. Je ne serai pas en retard.


Le lendemain, je suis même en avance !


Je découvre que le prestigieux Laboratoire FuturSim est situé en plein milieu du désert d’Oasis Spring. Il y fait très chaud et le laboratoire me parait immense… Je suis très impressionnée même si le bâtiment ne me paraît pas très glorieux. Je l’imaginais beaucoup plus moderne. Cependant, j’ai presque peur… On raconte énormément de choses sur ce lieu…


Je me dirige vers la seule entrée que j’aperçois de l’extérieur.


J’y aperçois quelques machines et de gros ventilateurs qui font un boucan d’enfer. Je rentre d’un pas décidé pour faire bonne impression.


Mais il n’y a personne… Le calme plat (si l’on fait abstraction de ces ventilateurs).


Il y a bien une porte avec plusieurs inscriptions qui décourageraient n’importe quel visiteur (biohazard et autre jargon du même type), mais j’ai juré d’être à l’heure et je le serai. J’emprunte donc la porte dissuasive pour « savoir ». Ma motivation, à ce moment-là, est sans faille.


J’atterris dans un couloir qui sent l’urine (probablement à cause des toilettes situées à proximité) et meublé d’un bureau sur lequel une brunette à couettes semble concentrée sur son écran.


Je me présente mais elle met un long moment à lever les yeux vers moi. Il ne doit pas y avoir beaucoup de visiteurs par ici pensé-je…


Et puis, elle me fait un grand sourire !

- Mademoiselle Chevalier ! C’est moi que vous avez eue au téléphone hier. Ravie de voir que vous n’êtes pas en retard ! Plutôt en avance, dirai-je ! Je suis Cassandra Gothik, la réceptionniste de ce fabuleux laboratoire. Bienvenue chez nous !


- Bon, je vais reprendre votre dossier… Vous n’avez pas fait grand-chose, au niveau professionnel, j’entends. J’imagine que ce qui a séduit mes supérieurs se trouve plutôt dans vos centres d’intérêt car je ne vois rien d’époustouflant dans votre CV…


Je reste là, sans piper mot car je ne sais pas quoi répondre à de telles affirmations…

- Ma foi, vous sentez-vous d’attaque pour parler à des robots ou à vivre des expériences qui sortent des généralités que l’on connaisse ?

J’affirme évidemment que oui. Sinon, je ne serai pas là, n’est-ce pas ?


- Dans ce cas, vous pouvez aller retrouver notre directrice de laboratoire. C’est elle qui vous a convoquée. Elle s’appelle Eva Capricciosa. Première porte à gauche avant le fond du couloir. Et au fait, bonne chance !


Cassandra se replonge alors dans ses dossiers tandis que je franchis une autre porte sensée me mener jusqu’à la directrice de laboratoire et que je traverse un autre couloir, sombre et vide.


J’arrive dans ce que je pensais être le bureau de Madame Capricciosa, mais il s’agit en réalité d’une grande salle avec deux ordinateurs et du matériel scientifique. J’entre enfin dans le vif du sujet. J’aperçois même une drôle de machine que je meurs d’envie d’aller voir de plus près.


Je me présente à la directrice de laboratoire.

« Bonjour Angélique ! », me lance-t-elle tout en consultant mon super CV. Puis elle lève les yeux vers moi.


Son regard est bienveillant, accueillant, même.

- J’adore votre curriculum vitae ! Vous dites aimer jardiner et bricoler, et vous jouer aussi aux échecs, n’est-ce pas ?


Je lui confirme mes talents pour le jardinage et la logique mais je préfère jouer la sincérité dès le début et lui confie que je n’ai pas exactement dit la vérité concernant mes compétences en bricolage. Je lui exprime en revanche ma grande motivation et lui assure être prête à travailler jour et nuit pour atteindre le niveau requis.


Elle me met tout de suite à l’aise. « Nous avons tous un jour menti pour obtenir un emploi, non ? Vous aurez de toute façon l’occasion de faire vos preuves rapidement. En attendant, allez donc vous occuper de notre petit jardin. Les plantes ont besoin d’être arrosées. Les plantes sont un élément essentiel de nos recherches. Il faut en prendre grand soin. ».


Je me rends donc dans la serre qui ressemble à tout, sauf à un jardin.

Je me demande si j’ai bien fait de dévoiler mon petit mensonge dès le début.

Nous verrons bien… La directrice m’a l’air d’être quelqu’un de compréhensif mais sait-on jamais…


Lorsque j’ai terminé je retourne voir Eva. Elle me charge d’une nouvelle tâche : aller discuter avec le robot qui se trouve derrière elle, notre constructeur d’inventions, me dit-elle.

- C’est une blague, c’est ça ? Une sorte de bizutage ?

- Pas du tout. Simbot est notre ami. Il est doté d’une intelligence artificielle, limitée mais certaine. Il nous aide à rassembler nos idées afin de les passer de la théorie à la réalisation. Allez donc discuter quelques heures avec lui.


Je m’exécute tout même bien qu’étant convaincue que ceci n’est qu’une grosse farce destinée à me faire perdre pied, et que tous les techniciens du laboratoire sont prêts à surgir de nulle part pour se moquer de moi…


Elle m’a vraiment prise pour une demeurée...

- Eh ! Salut robot tout mignon tout plein ! Il parait qu’on va papoter quelques heures tous les deux ! Ce n’est pas génial, ça ? Je m’appelle Angélique !


- Bonjour Angélique. Je m’appelle Simbot.

Oups...

- Tu parles vraiment alors ?

- Oui et toi ? Bienvenue aux Laboratoires FuturSim !


J’ai effectivement discuté avec SimBot plusieurs heures durant de sciences, de logique et de mathématiques. Il est vraiment très impressionnant, et sa technologie très avancée. Je me demande d’où elle peut provenir…

Je m’en vais raconter mon expérience à Eva qui s’amuse de me trouver surexcitée à la suite de cette aventure.


Je passe le reste de la journée à analyser des échantillons divers et variés à l’aide du laboratoire de chimie et du microscope.

Au moment de partir, Eva me convoque pour me faire signer un contrat et une charte de confidentialité puis m’annonce que je suis officiellement embauchée. Quelle merveilleuse journée !


A peine rentrée, je m’empresse d’aller annoncer la bonne nouvelle à Maman qui se trouve dans la cuisine. Je lui raconte aussi ma magnifique journée de travail et lui dis que je vais vraiment me plaire et m’épanouir dans ce boulot ! J’omets le passage concernant Simbot, bien sûr, car je n’oublie pas que je suis tenue au secret.


Maman m’annonce que Papa a une petite surprise pour moi. Il était assis juste derrière moi mais, tout excitée à vouloir raconter mes aventures au plus vite, je n’ai même pas vu qu’il était en train de finir sa collation du soir et il n’a pas perdu une miette de ce que j’ai raconté.


Il se lève pour m’apprendre qu’il a fait faire les aménagements que je souhaitais tant et, en plus, il m’a fait construire une serre ! Décidemment, cette journée ne devrait jamais finir !

Je le sers bien fort dans mes bras pour le remercier.


Ma chambre d’adolescente est devenue leur bureau avec leurs deux ordinateurs, l’échiquier et tous le matériel nécessaire pour leur permettre de travailler correctement. Maman continue assidument à suivre le cours des actions et n’entend pas en être privée.

L’étage m’a donc été réservé comme promis. J’y découvre un grand lit, ce qui est tout de même mieux pour une jeune femme de mon âge, mais aussi un petit coin salon afin que je puisse recevoir des amis dans l’intimité si je le souhaite. Il a remonté mon bureau et mes livres et rajouter une bibliothèque bien fournie pour que je satisfasse mes gros besoins en lecture.

Ce soir-là, j’ai rempoté toutes les plantes délicates pour les déplacer dans ma serre toute neuve.

Et je me suis lancée sérieusement dans leur étude. Je veux en savoir un maximum sur elle afin d’être efficace et performante au laboratoire. Et je sais que j’y parviendrai.


4 vues

Posts similaires

Voir tout
bottom of page